Réponse à M. Gaspoz: Les vrais enjeux du PLQ des Cirses aux Grands Esserts

Suite à votre intervention du 8 mai dans le courrier des lecteurs de la Tribune de Genève, il nous paraît indispensable de réagir à vos propos, totalement faux pour la plupart.

Les Verts-Libéraux de Veyrier, par votre plume, sont les initiateurs d’un référendum contre le PLQ des Cirses, dernier PLQ du projet des Grands Esserts, qui remet en question le phasage du projet (accord cadre de 2012 avec l’Etat) et qui balaie d’un trait les nombreuses séances de coordination entre l’Etat et la commune de Veyrier, permettant à cette dernière de faire accepter par l’Etat la plupart des améliorations souhaitées.

Il est utile de savoir aujourd’hui que les premières constructions devaient démarrer en 2016 et ont été retardées par des recours. Dès lors, le respect du phasage n’est plus du tout d’actualité.

Vous avancez que rien n’a été prévu pour régler la question du « trafic automobile ». Bien au contraire, et grâce au développement des Grands Esserts, de nombreuses nouvelles lignes de bus vont voir le jour, dont un bus à haut niveau de service en site propre lorsque cela est possible et de nouvelles pistes cyclables vont également être créées. Nous sommes surpris qu’en tant que Vert-Libéral vous soyez si peu sensible à la mobilité douce!

Vous avancez que les bâtiments seront en béton brut avec une sous utilisation des énergies renouvelables, ce qui est totalement erroné !
Le label THPE (très haute performance énergétique) est exigé et une grande partie des toitures seront végétalisées et équipées de panneaux photovoltaïques (jusqu’à 60% de la surface).

Pour couronner le tout, vous parlez d’un manque de lieux conviviaux, alors qu’est prévue une esplanade de 6’000 m2 avec marchés, locaux associatifs et commerçants, ainsi que la promenade des Cirses, avec ses 8’000 m2 d’espaces généreux à l’intérieur du bâti, sous la forme de petits parcs.

Ce que vous oubliez d’aborder dans vos propos, c’est que s’opposer au PLQ des Cirses signifie ignorer l’importance de construire une école et une crèche, nécessaires tant pour les futurs habitants des Grands Esserts que pour ceux de Pinchat et Vessy. 

S’opposer au PLQ des Cirses obligera la commune à créer des classes provisoires dans les écoles existantes, sous la forme de containers aménagés, sans infrastructures telles que des salles de gymnastiques et des locaux pour les sociétés, manquant cruellement aujourd’hui.

S’opposer au PLQ des Cirses privera également les habitants de Veyrier de la possibilité d’avoir un logement dans une coopérative d’habitation ou dans un bâtiment de la FIVV (Fondation Immobilière de Veyrier), qui offrent une mixité d’habitations intéressante, tant sur le plan des interactions sociales qu’en terme de revenus fiscaux.

Et pour conclure, vous oubliez qu’une grande partie des riverains préféreraient subir les travaux le moins longtemps possible, prolonger la durée de ceux-ci prolonge également les nuisances qu’ils devront endurer.

Le groupe Veyrier-Ensemble

Lisez aussi l’article paru dans la Tribune de Genève du 12 mai, au lendemain de notre intervention au conseil municipal, saluée par tous les groupes politiques (sauf les Vert’Libéraux bien entendu !).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.