Archives de catégorie : Tribune libre

Nous sommes à votre écoute

rencontreVous souhaitez nous faire part d’un sujet qui vous préoccupe ?
Vous aimeriez connaitre un peu mieux notre association ?
Vous avez des questions à nous poser à propos de l’actualité communale ?
… et même pour simplement vivre un moment d’échanges autour d’un verre…

Rejoignez-nous à notre permanence

le mercredi 2 novembre 2016
à l’auberge du Grand-Donzel,
nous serons sur place de 19h00 à 20h00

Des membres de Veyrier-Ensemble seront ravis de dialoguer avec vous!
Nous organisons une permanence chaque premier mercredi du mois, même lieu, même heure.

Au théâtre ce soir…

Si vous avez encore des doutes sur la politique, les miens sont levés suite à la séance du Conseil municipal de la Commune de Veyrier du 7 octobre.
La séance a débuté par une mise au pilori du Président du Conseil municipal et de la Présidente de la Commission des Grands-Esserts. Le groupe PLR demandant purement et simplement leur démission.
Leur crime de lèse-majesté : avoir osé solliciter un rendez-vous avec Messieurs les Conseillers d’Etat, Barthassat et Hodgers, afin d’avoir des précisions sur les Grands-Esserts, projet essentiel pour notre commune. Celles fournies par le conseil administratif ne les satisfaisant pas.
Il aurait sûrement été souhaitable que les élus PLR puissent également être invités à cette séance, mais le climat de défiance réciproque régnant dans notre commune l’a visiblement empêché.

Le débat et vote sur les Grands-Esserts devant se dérouler en fin de représentation, notre pièce de théâtre communale s’est poursuivie.
Nous avons eu droit durant une heure à la problématique essentielle de savoir si Madame la Conseillère administrative pouvait siéger au sein du Comité de la nouvelle association des jeunes de Veyrier. Effets de manches garantis par les avocats élus, nous expliquant, numéros d’articles à l’appui, que seul le Conseil administratif était maître de la décision et que même en cas de motion du Conseil municipal, il ne tiendrait aucun compte de l’avis de ce dernier !

Démocratie, où es-tu ? Les élus s’invectivent. En plein vote, certains de ceux-ci baissent le bras levé de leur petit camarade. Clou de la soirée, il a fallu 1 heure de discussion à nos acteurs pour ajourner le débat sur les Grands-Esserts et décider que ce point serait traité « au Conseil municipal du 11 novembre ou à une date antérieure ».

Concitoyens et amis veyrites, si vous aimez le Grand Guignol, je vous recommande la prochaine représentation du Conseil Municipal (ndlr: le 27 octobre à 18h30). Si comme moi, vous êtes désespéré par la futilité des propos tenus, les dénis de démocratie, je ne puis que vous recommander de changer d’acteurs lors des prochaines élections municipales.

Joël Jousson, veyrite

Fermeture de l’Auberge de Grand-Donzel

Selon nos informations, l’auberge de Grand-Donzel sera fermée dès la fin du mois de mai 2014.
Sans entrer dans les détails croustillants des diverses raisons qui ont provoqué cette décision, il est tout de même permis de se poser quelques questions à ce sujet:

– L’intérieur, la décoration, les appartements, et surtout les cuisines, ont été rénovées et adaptées avant l’arrivée du nouveau gérant vers fin 2008. De nouveaux travaux sont envisagés, sont-ils vraiment nécessaires?
– Si c’est le cas, comment peut-on prendre la décision de fermer l’accès de cette auberge au public durant plusieurs mois, et ceci en plein été, alors que de nombreuses familles fréquentent les lieux?
– Va-t-on enfin tirer les conclusion qui s’imposent et ne plus répéter les erreurs passées sur la manière de gérer ce lieu?
– La situation de cette auberge est idéale, chacun le reconnait. Souhaitons que celle-ci retrouve la renommée qu’elle mérite!

En attendant, et durant la bonne saison, il nous faudra aller manger ou boire notre verre ailleurs…

J’adoooore les “tout-ménage”…

Vous avez reçu et je l’espère apprécié le dernier “Nouvel Elan” de l’association PDC de Veyrier-Vessy-Pinchat.
C’est effectivement un nouvel élan, avec un ton nouveau. Un élan qui maintenant n’a qu’une seule voie, celle de prouver à la ville de Veyrier entière que tout ce qui se fait de bien est né au sein d’un seul et unique parti politique à Veyrier.
Les autres ne font que suivre et approuver.
Et bien non!
Il faut arrêter de nous faire croire qu’un seul parti est l’acteur privilégié de la vie politique communale. Les décisions se prennent après proposition, discussion, concertation, compromis (souvent)… Tous les partis et associations politiques y participent, la plupart du temps pour le bien de toute la communauté.
Je suis fatigué que certains ramènent la couverture toujours sur eux. Cela dure depuis trop longtemps et c’est exaspérant. Je trouve cela dommage et particulièrement électoraliste. Mais quand parviendra-t-on à comprendre qu’une politique active et constructive est une affaire d’équipe, dont les membres ne sont pas forcément tous du même bord? Sans préjugé, sans parti pris?

Nous pourrions reprendre un à un tous les sujets énoncés dans ce recto-verso.
Perte de temps.
Car les auteurs réels de toutes ces idées sont répartis parmi les divers conseillers municipaux en place, toute tendance confondue, ils connaissent la musique et la partition…

Une légère précision en guise de conclusion (et pour qu’il n’y ait aucun flou sur la question): oui, la nouvelle école de Veyrier Grand-Salève sera équipée de tableaux noirs interactifs (TNI) et cette proposition émane… de l’un de nos conseillers municipaux de l’époque – pas du PDC – qui a su convaincre l’ensemble de ses collègues sur le bien-fondé de ce choix technique, finalement approuvé par tout le conseil municipal. Quand on vous disait que la politique, c’est une affaire d’équipe!

Il faut juste savoir rendre à César ce qui appartient à César, mais ça, c’est un luxe que seule une association hors parti peut s’offrir!

 

A propos de frontaliers…

Habitants de Veyrier et de Genève, ne vous laissez pas manipuler par des propos xénophobes !

Certains veulent vous faire croire que sans les frontaliers, la vie serait rose pour vous.
Ce sont des balivernes ! Dans les années 1980, ce sont les italiens et espagnols qui étaient visés, car ils mangeaient notre pain. Où en serions-nous si l’initiative sur l’expulsion avait été acceptée :
Nous manquerions de pain, de restaurants, de commerces, d’infrastructures routières, d’habitations, de soins, etc. Nous sommes passés près de la catastrophe et maintenant, certains partis veulent reprendre ce cheval de bataille, afin d’obtenir des voix lors des élections.
Il est clair que les régions transfrontalières, pas seulement Genève, mais aussi le Tessin, Bâle, et d’autres cantons alémaniques subissent des désagréments, mais la solution simpliste de supprimer cette offre de main d’œuvre n’est pas la bonne.
Comment fonctionneraient les hôpitaux, les transports publics, les commerces, l’hôtellerie, l’industrie, etc. Cessons les propos xénophobes et cherchons des solutions, afin d’améliorer la cohabitation.
Premièrement, nous demandons à l’administration et aux entreprises de donner une chance égale à chacun et de surveiller qu’il n’y ait pas de disparité dans les salaires.
Pour le trafic des frontaliers, prenons exemple sur le Tessin où tout est mis en œuvre afin de limiter les désagréments des habitants concernés par le flux. Nos autorités doivent absolument et au plus vite développer une synergie avec les communes françaises concernées, afin de proposer un transport public adapté à la situation. Nos administrations, ainsi que le patronat, doivent promouvoir ces transports, en incitant leurs employés à ne plus venir au travail avec des moyens privés, et en mettant en place un système “de ramassage” avec des bus par exemple. Ce devrait être une clause du contrat de travail, et des pénalités pourraient être prévues pour les contrevenants.
Nous devons nous rendre compte que la Suisse a, plus que jamais, besoin des étrangers, et plus particulièrement des frontaliers, pour faire fonctionner son économie.
Ils représentent une vraie richesse pour notre économie et notre pays.
Trouvons des solutions, ils feront des efforts d’intégration et respecteront nos règles.

———————-

Notre rubrique “Tribune libre” vous est ouverte ! Chacun peut y exprimer son humeur, coup de gueule et autre avis sur un sujet d’actualité.
Les propos n’engagent bien entendu que leur auteur… et tout doit se passer dans le respect mutuel !
Vous désirez publier un article dans cette rubrique ? Contactez-nous et nous vous indiquerons comment procéder.

Lu dans le dernier bulletin du PDC

Ces jours derniers, vous avez reçu “L’Elan”, le bulletin de l’association Démocrate-Chrétienne (PDC).
Nous profitons ici de souhaiter plein succès à son nouveau président, Nicolas Lance, qui reprend le flambeau après les 5 années assurées par Stéphane Grolimund.

Ceci dit, nous avons lu très attentivement les “priorités 2012” du PDC et, outre les sujets récurrents que nous abordons depuis des années (crèche des Etournelles, pour ne citer que cet exemple), il y en a un qui a particulièrement retenu notre attention:

“Encourager la solidarité entre voisins pour renforcer la sécurité. Nos élus au Conseil municipal ont récemment abordé le fond du problème concernant le sentiment d’insécurité de nos concitoyens”.

Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? Voyons ça de plus près.

“Encourager la solidarité entre voisins pour renforcer la sécurité (…)” : cette idée a été développée par Veyrier-Ensemble et transmise au Conseil municipal. Il suffit de lire notre lettre pour se convaincre de l’origine du projet. Exposé ainsi, cet objectif laisse à penser que le PDC est le premier parti de la commune à entamer cette réflexion. Ce n’est pas le cas.

Nos élus au Conseil municipal (…)” : c’est exactement ce que Veyrier-Ensemble a fait en exposant le sujet au bureau du Conseil municipal le 12 mars dernier ! C’est en partie grâce à cela que le problème de l’insécurité refait surface. Nous proposons une solution, il y en a certainement d’autres.

Nous sommes donc ravis d’apprendre que notre proposition a rencontré le soutien des représentants du PDC, même si la paternité du concept n’apparait pas vraiment…
Comme nous pouvons le lire dans “L’Elan” (haut de page 2): “Nous allons nous engager dans la communication (…) avec les différents partis de la commune (…)”.
Nous comptons donc sur eux pour entamer le dialogue, mais aussi et surtout sur leurs votes favorables, afin de faire aboutir notre projet “Surveillance mutuelle” le moment venu !
Nous tiendrons nos lecteurs au courant…

Comme nous vous l’affirmions il n’y a pas très longtemps, nous souhaitons faire de la politique autrement. Cela signifie aussi de savoir accepter que d’autres puissent avoir de bonnes idées et de les défendre avec eux. Mais cela implique surtout de reconnaitre l’origine de ces idées et ne pas se les faire siennes. Ce n’est pas courant en politique.

Votre comité